TRANSFORMATIONS D'UNE MAISON FAMILIALE EN SAVOIE

Parfois, notre mission peut commencer très en amont du projet, en cherchant à révéler tous les potentiels d'un patrimoine. A travers trois projets différents, nous avons accompagné le client dans une réflexion globale autour de sa maison.
 
250 m² au cœur d'un village coté dans les environs de Chambéry, c'était à la fois de multiples contraintes et des potentiels énormes. 

La maison est en bordure de route passante, mais le grand jardin au sud est une vraie oasis de calme et de verdure. La maison, sur deux niveaux, est aujourd'hui séparée en deux logements duplex de grandes tailles. Le premier s'ouvre sur le jardin par deux petites ouvertures, le second ne donne que sur la rue.

 

La propriétaire, avançant en âge, a le souhait de retrouver un appartement habitable au RDC, et de continuer à profiter de son jardin. Pour que les locataires restent plus longtemps, il serait également souhaitable de trouver une terrasse à l'appartement locatif.  

1ère idée : RECHERCHE D'UNE SOLUTION SIMPLE, EFFICACE ET ECONOMIQUE

Ce premier travail visait à ajouter un espace extérieur à l'appartement locatif. Nous avons proposé un petit édicule, pour offrir une terrasse avec vue à l'étage, et un sas d'entrée.

 

Après réflexion, le client nous demande d'essayer de tirer un meilleur parti des potentiels de son terrain en densifiant d'avantage la parcelle.

 

 

 

 

 

 

2ème idée : REFLEXION AUTOUR D'UNE DENSIFICATION DE LA PARCELLE

Nous proposons alors d'implanter une extension dans le volume d'un appentis existant à l'arrière. Percé par un petit patio en son sein, l'extension s'implante en douceur dans le cadre bucolique du jardin. Par respect pour le corps du bâtiment en pierre, nous adoptons une écriture architecturale plus légère. En cohérence avec l'envie d'habiter le jardin, nous travaillons d'avantage avec des éléments de clôtures, d'appentis, d'auvents. 

 

3ème idée : UNANIMITE AUTOUR D'UNE INTERVENTION MULTIPLE ET DISCRETE

Après ces différentes propositions, chiffrées dessinées et maquettées, nous avons entrepris une discussion pour identifier précisément les points que les propriétaires souhaitaient traiter, les éléments qu'ils voulaient garder, adapter, retrouver.

 

La synthèse se crée autour de l'idée d'un abri de jardin. En résulte cette dernière proposition. Elle est l'association de multiples idées développées dans les premières esquisses mais réécrites sur une feuille blanche. 

 

Ainsi, en se laissant le temps et les moyens de réfléchir, de faire des allers-retours et de se tromper de voie, on aboutit finalement à un projet juste, idéalement proportionné et correspondant aux besoins et envies des propriétaires. Une petite leçon de lenteur, dans notre monde souvent trop pressé...

1/6

Le chantier, au fil des saisons...

L'abri :

chambéry architecte ouvrar rénovation